Actualité

Professeur El Hadji Fary Ka- président du Conseil national du don et de la transplantation au Sénégal

Réalisée par Youssouph BODIAN- 

 

Samedi 09 décembre 2023

« Nous avons brisé le tabou de la transplantation d’organe »

Après un long processus, le Sénégal a finalement réalisé ses premières transplantations rénales. Quel sentiment vous anime après avoir piloté ce dossier?

 

Je rends grâce à Dieu et je remercie le Président de la République qui s’est toujours engagé pour la réussite de ce projet. C’est un sentiment de grande satisfaction, parce que nous avons brisé le tabou. J’ai toujours été convaincu que la transplantation est à la portée des médecins sénégalais. Nous avons les ressources humaines qu’il faut et il ne manquait que la volonté.

Je vois également l’espoir que ça suscite auprès des autres malades, parce que nous avons beaucoup de patients qui attendent. Mais il faut préciser que malheureusement tous les dialysés ne peuvent pas être transplantés. Il y a une longue liste d’attente, mais l’opération nécessite des moyens conséquents.

 

Justement est ce que la transplantation est à la portée de tous les malades sénégalais?

 

Je pense que la transplantation doit être subventionnées par l’État. Nous avons réussi l’organisation au plan juridique et pratique, donc il nous reste à relever le défi du financement.

Déjà, l’État du Sénégal met beaucoup d’argent dans la dialyse, et la transplantation coûte moins chère avec beaucoup plus d’avantages. Si on veut respecter l’équité dans l’accès aux soins, il va falloir mettre en place une subvention. Et ensuite, on va fixer des objectifs aux établissements de santé public qui seront agréés.

On leur donne un nombre de transplantations à faire et s’ils les font bien, on augmente la subvention, au cas contraire, on la diminue. Il faudra absolument résoudre le problème des médicaments et de l’évaluation, sinon la transplantation sera une activité élitiste pour des personnes nanties.

 

Il faut payer combien pour bénéficier d’une transplantation rénale au Sénégal?

 

Nous sommes en train d’évaluer les coûts exacts, mais les premières estimations ont été arrêtées à 7 à 8 millions de Fcfa par opération. Pour retirer le rein par exemple, l’opération coûte environ 2 millions de Fcfa. Mais il faut noter que pour les trois premières opérations que nous avons réalisées, c’est l’hôpital qui a pris en charge totalement les frais. Mais aucun établissement public de santé ne peut continuer à lui seul de supporter ces charges.

On a montré que c’est possible, donc on doit mettre les conditions qu’il faut pour qu’on continue à transplanter. On a juste choisi trois malades pour démarrer, mais il y a des centaines qui sont sur la liste d’attente.

 

L’autre défi, c’est également d’avoir un plateau technique adapté dans les différents hôpitaux ?

 

L’un des rôles du conseil national du don et de la transplantation est de veiller à la sécurité sanitaire et à la transparence. Un hôpital qui veut transplanter est obligé de soumettre un dossier de demande d’agrément. Il y a des références avec beaucoup de critères à remplir, en terme de ressources humaines, d’infrastructures et d’organisation interne entre autres. Il y a une équipe qui va ensuite inspecter l’hôpital et faire des recommandations. Par exemple, un hôpital ne peut pas transplanter s’il n’a pas de néphrologue, de service d’urologie ou d’un bloc opératoire fonctionnel. Ce sont les critères majeurs à remplir pour avoir l’autorisation de transplanter. L’agrément a une durée de deux ans renouvelable.

 

Comment le comité que vous dirigez compte encadrer la transplantation pour éviter le trafic d’organes au Sénégal ?

 

Il faut savoir que chaque donneur doit d’abord accorder son consentement au président du tribunal d’instance. Il va donner les preuves du lien de parenté avec celui à qui il donne un rein. Et puis, le juge aidé par des experts va vérifier les motivations du donneur. C’est ce qui s’est passé avec les trois premiers donneurs.

A l’issu de cette audience, le président du tribunal dresse un procès-verbal pour donner son aval ou non. Donc tout le processus de don d’organe est bien encadré.

 

En tant que néphrologue, vous faites partie des médecins qui ont effectué les premières transplantations. Comment se portent vos trois premiers patients transplantés?

 

Ils se portent très bien et c’est émouvant de voir dans leur regard l’espoir retrouvé. Ils sont entrain de retrouver une vie normale. C’est magnifique de voir que ça existe encore dans l’humanité la générosité de donner un organe, il faut l’encourager. L’autre défi, c’est l’information.

Nous avons élaboré des outils de communication, que nous n’avons pas encore les moyens de diffuser largement dans les médias. Nous comptons également beaucoup sur la presse pour que les populations sachent que le don est possible au Sénégal et surtout que rien n’y s’oppose au plan religieux. Nous avons d’ailleurs élaboré dans ce sens un guide avec les imams pour les musulmans et un autre avec le clergé pour les catholiques.

Youssouph BODIAN – Correspondant Humaniterre au Sénégal

Crédit photo : Y. B.

Téléchargez

le magazine en ligne

Articles similaires

Jeudi 08 février 2024 Goma, RD Congo Civils sous les bombes, déplacés par milliers, enfants perdus… Des organisations humanitaires présentes

10 Janvier 2024 Saint-Ouen, France   “Si le bébé que tu portes est une fille, on pourrait faire une demande d’asile

Mardi 05 décembre 2023 Yaoundé, Cameroun   Dans le nord rural du Cameroun, où elles sont nées, très peu de femmes

Dakar-Sénégal Samedi 09 décembre 2023 Trois insuffisants rénaux greffés avec succès à Dakar Le Sénégal a réussi sa première transplantation

Pas de pauvreté

Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde.

No poverty

End poverty in all its forms and everywhere.

Faim«zero»

Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable.

Zero hunger

Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable.

Bonne santé et bien-être

Assurer une vie saine et promouvoir le bien-être pour tous à tout âge.

Good health and well-being

Ensure healthy lives and promote well-being for all at all ages

Education de qualité

Assurer une éducation de qualité exclusive et équitable et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous.

Quality education

Ensure exclusive and equitable  quality education and promote lifelong learnig opportunities for all.

égalité entre les sexes

Assurer l’égalité des sexes et l’autonomisation de toutes les femmes et les filles.

Gender equality

Achieve gender equality and empower all women and girls.

Eau propre et assainissement

Assurer la disponibilité et la gestion durable de l’eau et de l’assainissement pour tous.

Clean water and sanitation

Ensure availability and sustainable management of water and sanitation for all.

Energie propre et D’un coût abordable

Assurer l’accès à une énergie abordable, fiable, durable et moderne pour tous.

Affordable and clean energy

Ensure access to affordable, reliable, sustainable and modern energy for all.

Travail décent et croissance économique

Promouvoir une croissance économique soutenue, inclusive et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous.

Decent work and economic growth

Promote sustained, inclusive and sustainable economic growth, full and productive employment and decent work for all.

Industrie, innovation et infrastructure

Construire des infrastructures résilientes, promouvoir une industrialisation inclusive et durable et encourager l’innovation.

Industry, innovation and infrastructure

Build resilient infrastructure, promote inclusive and sustainable industrialization and foster innovation.

Inégalités réduites

Réduire les inégalités entre les pays et au sein des pays.

Reduced inequalities

Reduce inequalities among and within countries.

Ville et communautés durables

Rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résiliants et durables.

Sustainable cities and communities

Make cities and human settlements inclusive, safe, resilient and sustainable.

Consommation et production responsable

Assurer des modes de consommation et de production durables.

Responsible consumption and production

Ensure sustainable consumption and production patterns.

Mesure relatives à la lutte contre les changements climatiques

Prendre des mesures urgentes pour lutter contre le changement climatique et ses impacts.

Climate action

Take urgent action to combat climate change and its impacts.

Vie aquatique

Conserver et utiliser durablement les océans, les mers et les ressources marines pour le développement durable.

Life below water

Conserve ans sustainably use the oceans, seas and marine resources for sustainable development.

Vie Terrestre

Protéger, restaurer et promouvoir l’utilisation durable des écosystèmes terrestres, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, stopper et inverser la dégradation des sols et mettre un terme à la perte de biodiversité.

Life on land

Protect, restore and promote sustainable use of terrestrial ecosystems, sustainably manage forests, combat desertification and halt and reverse land degradation and halt biodiversity loss.

Paix, justice et institutions efficaces

Promouvoir des sociétés pacifiques et inclusives pour le développement durable, assurer l’accès à la justice pour tous et mettre en place des institutions efficaces, responsables et inclusives à tous les niveaux.

Peace, justice, and strong institutions

Promote peaceful and inclusive societies for sustainable development, provide access to justice for all and build effective, accountable and inclusive institutions at all levels.

Partenariats pour la réalisation des Objectifs

Renforcer les moyens de mise en œuvre et revitaliser le partenariat mondial pour le développement durable.

Partnerships for the goals

Strenghen the means of implementation and revitalize the global partnership for sustainable development.