Actualité

Sénégal: La baie de Hann, coin de paradis devenu égout de Dakar, attend d’être dépolluée.

Janvier  2024

Dakar, Sénégal

Sur la longue plage de la baie de Hann à Dakar, un homme seul, muni d’une pelle et d’une brouette, ramasse inlassablement des monceaux d’ordures en quantités telles que la tâche revêt un air mythologique.

L’odeur est pestilentielle. A quelque mètres, une canalisation charrie dans l’Atlantique un mélange noir d’eaux usées des ménages et des usines.

Autrefois considérée comme l’une des plus belles anses d’Afrique, l’ancienne étendue idyllique de sable fin d’une vingtaine de kilomètres contiguë au port de Dakar est devenue le déversoir à déchets d’une population en augmentation accélérée et d’une industrie en expansion continue.

La majorité de l’industrie manufacturière sénégalaise est située le long de la baie et y évacue directement ses effluents. La pollution de l’océan y atteint des niveaux préoccupants.

L’Etat promet depuis plus de vingt ans de s’atteler au nettoyage. Un projet de dépollution lancé en 2018 avec le soutien financier de l’Agence française de développement, Invest International, la banque de développement chinoise (CDB) et l’Union Européenne piétine.

L’Office national de l’assainissement (ONAS) vient d’annoncer la reprise des travaux suspendus pendant des mois. Il y a longtemps que les locaux implorent que les choses changent.

“Ça fait des années qu’on nous dit qu’il y a un projet, mais rien ne change. Je n’y crois plus”, se désespère Daouda Kane, 45 ans, assis sur le bord de mer. A quelques mètres, une femme verse les restes de sa marmite du déjeuner sur la grève qui grouille d’insectes.

– “Haute toxicité” –

“Ici, tu lances tes filets, tu ramènes des ordures”, peste Modou Ndong, un pêcheur de 53 ans. “Et on fait des maladies”, assure-t-il, évoquant l’apparition épisodique de boutons sur sa peau.

A certains endroits, il est presque impossible de voir le sable sous les détritus. A intervalles réguliers de quelques centaines de mètres, des canalisations d’eaux usées se jettent dans la mer, rouge sang au niveau de l’abattoir, de couleur noire pour les rejets des industries chimiques et de la tannerie Senta. La gorge brûle quiconque s’en approche.

Le chercheur Amidou Sonko, qui travaille pour l’Institut de recherche pour le développement (IRD), a démontré la “haute toxicité” du lieu.

Ses analyses témoignent d’une concentration de la bactérie Escherichia Coli (E. Coli) de 13 à 100 fois plus élevée que la limite autorisée, et de la présence de salmonelles. Il a aussi observé des quantités d’entérocoques, de microplastiques, d’aluminium, de chrome et de zinc qui dépassent largement les normes.

Autant de menaces pour la peau, les poumons ou les yeux des humains, mais aussi pour la biodiversité, dit-il. Le développement de certaines espèces est affecté dans cet espace naturel de reproduction des poissons.

Pourtant, Seyni Badiane, un jeune papa, se baigne avec ses filles de deux et cinq ans à une trentaine de mètres d’un canal qui rejette une eau verte. “C’est la seule plage dans le quartier, alors on vient ici”, dit-il. “Nous sommes des Africains, donc on a l’habitude”, ajoute-t-il.

Inertie industrielle

“Personne ne peut empêcher les enfants de se baigner ici”, déplore Mbacké Seck, qui milite depuis plus de 25 ans pour la dépollution.

“Nous ne comprenons pas ce retard. Le besoin est là, l’argent est là. L’impact négatif est là dans notre quotidien. Qu’est-ce qui empêche ce projet d’aller de l’avant?”, s’interroge-t-il.

Le groupe français Suez est en train de construire sur le littoral une centrale d’épuration censée traiter 26.000 mètres cubes par jour pour 500.000 habitants. Elle doit être mise en service début 2025, assure l’AFD, l’un des principaux bailleurs.

Mais le reste des travaux a été suspendu plus d’un an et demi à cause de la faillite de l’entreprise en charge de poser la conduite principale devant relier la zone portuaire à la centrale d’épuration, indique Alassane Dieng, coordinateur du projet à l’ONAS.

“La grande difficulté est de convaincre les industries de participer”, dit M. Dieng, alors qu’elles occupent 63% de la zone urbaine selon une étude d’impact de 2018.

Elles seront raccordées au réseau à condition de mettre en place des unités de prétraitement et paieront une redevance industrielle. Si elles ne se conforment pas aux règles, une taxe de pollution “très dissuasive” est prévue, largement supérieure à celle en vigueur aujourd’hui, dit-il. Alassane Dieng promet que l’ensemble du projet, d’un coût total d’environ 95 milliards de francs CFA (145 millions d’euros), sera achevé fin 2025.

Par Adrien Marotte –

Humaniterre avec AFP

Articles similaires

07 avril 2024 Goma, RD Congo “Je suis une enfant de la guerre”, lance Rachel Sematumba, assise chez elle, enveloppée

Jeudi 21 mars 2024 Cette décision a été annoncé par Olivier Maizoué, responsable des programmes de MSF en RDC lors

19 mars 2024 Banjul, Gambie Les députés gambiens ont progressé lundi 18 mars dans l’examen d’un texte controversé visant à

Pas de pauvreté

Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde.

No poverty

End poverty in all its forms and everywhere.

Faim«zero»

Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable.

Zero hunger

Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable.

Bonne santé et bien-être

Assurer une vie saine et promouvoir le bien-être pour tous à tout âge.

Good health and well-being

Ensure healthy lives and promote well-being for all at all ages

Education de qualité

Assurer une éducation de qualité exclusive et équitable et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous.

Quality education

Ensure exclusive and equitable  quality education and promote lifelong learnig opportunities for all.

égalité entre les sexes

Assurer l’égalité des sexes et l’autonomisation de toutes les femmes et les filles.

Gender equality

Achieve gender equality and empower all women and girls.

Eau propre et assainissement

Assurer la disponibilité et la gestion durable de l’eau et de l’assainissement pour tous.

Clean water and sanitation

Ensure availability and sustainable management of water and sanitation for all.

Energie propre et D’un coût abordable

Assurer l’accès à une énergie abordable, fiable, durable et moderne pour tous.

Affordable and clean energy

Ensure access to affordable, reliable, sustainable and modern energy for all.

Travail décent et croissance économique

Promouvoir une croissance économique soutenue, inclusive et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous.

Decent work and economic growth

Promote sustained, inclusive and sustainable economic growth, full and productive employment and decent work for all.

Industrie, innovation et infrastructure

Construire des infrastructures résilientes, promouvoir une industrialisation inclusive et durable et encourager l’innovation.

Industry, innovation and infrastructure

Build resilient infrastructure, promote inclusive and sustainable industrialization and foster innovation.

Inégalités réduites

Réduire les inégalités entre les pays et au sein des pays.

Reduced inequalities

Reduce inequalities among and within countries.

Ville et communautés durables

Rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résiliants et durables.

Sustainable cities and communities

Make cities and human settlements inclusive, safe, resilient and sustainable.

Consommation et production responsable

Assurer des modes de consommation et de production durables.

Responsible consumption and production

Ensure sustainable consumption and production patterns.

Mesure relatives à la lutte contre les changements climatiques

Prendre des mesures urgentes pour lutter contre le changement climatique et ses impacts.

Climate action

Take urgent action to combat climate change and its impacts.

Vie aquatique

Conserver et utiliser durablement les océans, les mers et les ressources marines pour le développement durable.

Life below water

Conserve ans sustainably use the oceans, seas and marine resources for sustainable development.

Vie Terrestre

Protéger, restaurer et promouvoir l’utilisation durable des écosystèmes terrestres, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, stopper et inverser la dégradation des sols et mettre un terme à la perte de biodiversité.

Life on land

Protect, restore and promote sustainable use of terrestrial ecosystems, sustainably manage forests, combat desertification and halt and reverse land degradation and halt biodiversity loss.

Paix, justice et institutions efficaces

Promouvoir des sociétés pacifiques et inclusives pour le développement durable, assurer l’accès à la justice pour tous et mettre en place des institutions efficaces, responsables et inclusives à tous les niveaux.

Peace, justice, and strong institutions

Promote peaceful and inclusive societies for sustainable development, provide access to justice for all and build effective, accountable and inclusive institutions at all levels.

Partenariats pour la réalisation des Objectifs

Renforcer les moyens de mise en œuvre et revitaliser le partenariat mondial pour le développement durable.

Partnerships for the goals

Strenghen the means of implementation and revitalize the global partnership for sustainable development.