Actualité

[ARCHIVES] Deux questions sur la sécurité alimentaire

  1. Pourquoi n’y a-t-il pas de sécurité alimentaire à Abidjan malgré  les atouts naturels et un bilan alimentaire acceptable ?

Cette situation est due aux  difficultés tant au niveau de la production que de la distribution:

  • Au niveau de la production :

Les autorités politiques ivoiriennes ont, dès l’accession à l’indépendance, à l’instar de tous les pays en développement et africains en particuliers, accordé la préférence aux cultures de rente ou d’exportation (café, cacao, palmier à huile, …) pourvoyeuses de devises nécessaires au développement économique ; au détriment des cultures vivrières utiles à l’alimentation donc à la survie des populations. De  plus le système de production est trop dépendant des saisons ; de sorte que pendant les saisons sèches, il y a une pénurie naturelle des denrées alimentaires sur les marchés.

  • Au niveau de la distribution :

Abidjan, principal pôle urbain de consommation nationale est à l’image des autres capitales africaines, largement dépendante de l’arrière pays pour son approvisionnement en denrées alimentaires. Ce sont des zones de production parfois très éloignées qu’il il faut sortir les productions pour atteindre la capitale; ce qui rend la distribution parfois difficile. En Côte d’Ivoire, cette tâche difficile que constitue le ravitaillement des marchés et particulièrement ceux d’Abidjan, est assurée par la FENACOVICI (Fédération Nationale des Coopératives de Vivriers en Côte d’Ivoire) et d’autres acteurs privés avec l’appui de l’office de la commercialisation des produits vivriers (OCPV). Cependant cette tâche demeure laborieuse et très difficile parce qu’il n’existe aucun système formel d’approvisionnement et de distribution des vivriers en Côte d’Ivoire (insuffisance des moyens logistiques et financiers, d’infrastructures routières et commerciales, et surtout absence de cadre réglementaire et d’encadrement).

2- Comment garantir une sécurité alimentaire durable pour les grandes agglomérations africaines et particulièrement pour Abidjan?

La sécurité alimentaire est devenue une priorité nationale pour la Côte d’Ivoire et tous les autres pays africains depuis la crise alimentaire et les émeutes de la faim. Les défis à relever pour y parvenir sont de trois ordres :

  • La production des aliments : il faut accroître la production de les toutes denrées, surtout le riz et des protéines animales dont le pays est déficitaire. De plus il est nécessaire de stabiliser la production sur toutes les saisons et d’une année à une autre. Pour cela l’Etat doit accorder des subventions aux producteurs (crédits, intrants, encadrement, mécanisation, etc.); ce qui est en voie d’exécution pour l’une de ses composante, avec le Projet « tous pour le riz ».
  • Au niveau de la distribution : l’Etat doit mettre en place un système formel d’approvisionnement et de distribution des denrées alimentaires. Ce qui pourrait réduire le coût des aliments de base et permettre une plus grande accessibilité, contribuant ainsi à renforcer la sécurité alimentaire des ménages. Aussi, les pouvoirs publics devraient- ils se pencher sur le financement (transport, commercialisation et recherche sur la conservation des aliments périssables, transformation) et l’amélioration des infrastructures physiques de commercialisation (réseau routier, centres de collecte et de groupage, magasins de stockage, marchés de gros, etc.) et non physiques (informations, encadrement, régulation, etc.).
  • La consommation : l’Etat doit veiller à la qualité des produits et sensibiliser la population à une alimentation variée et équilibrée pour une vie saine et active.

La souveraineté alimentaire : condition essentielle pour une sécurité alimentaire durable  des pays africains

La nourriture n’est pas une marchandise comme les autres, il en va de la sécurité alimentaire des humains, elle ne peut donc  être subordonnée aux froides règles du libre échange selon John Madeley, in ‘’Le commerce de la faim, la sécurité alimentaire sacrifiée à l’autel du libre échange’’.

Ces règles assujettissent les politiques agricoles des pays en développement au commerce.

Cependant la dépendance extérieure est un frein à la sécurité alimentaire. Pour être indépendant et vivre dignement, sans pression extérieure, les Etats africains doivent posséder les bases pour nourrir eux-mêmes leurs populations. De ce fait, ils doivent rechercher la souveraineté alimentaire, qui pourrait se définit comme le droit et le pouvoir d’un pays ou d’une communauté de déterminer la production, la distribution et la consommation de sa nourriture en fonction de ses goûts et de ses traditions. Elle ne fait pas du commerce sa priorité mais plus tôt,  la satisfaction des besoins alimentaires des populations.       

M-L KIN Collaboration : E. Adou

Téléchargez

le magazine en ligne

Articles similaires

12/12/2023 Niamey, Niger Ce mardi 12 décembre,  c’est par un communiqué  que Acted, Oxfam, le Norwegian Refugee Council (NRC) et Médecins

22 novembre 2023 Libreville, Gabon L’ONU via son agence le PAM s’est alarmée mardi 21 novembre d’un “arrêt imminent” de son

Jeudi 26 octobre 2023 Oslo, Norvège   La Norvège a annoncé  une augmentation de son aide aux pays du Sahel où

Sangalkam, Sénégal   Des chercheurs agronomes sénégalais ont commencé à récolter une culture expérimentale de blé local, adapté aux conditions climatiques

Pas de pauvreté

Éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde.

No poverty

End poverty in all its forms and everywhere.

Faim«zero»

Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable.

Zero hunger

Éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable.

Bonne santé et bien-être

Assurer une vie saine et promouvoir le bien-être pour tous à tout âge.

Good health and well-being

Ensure healthy lives and promote well-being for all at all ages

Education de qualité

Assurer une éducation de qualité exclusive et équitable et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie pour tous.

Quality education

Ensure exclusive and equitable  quality education and promote lifelong learnig opportunities for all.

égalité entre les sexes

Assurer l’égalité des sexes et l’autonomisation de toutes les femmes et les filles.

Gender equality

Achieve gender equality and empower all women and girls.

Eau propre et assainissement

Assurer la disponibilité et la gestion durable de l’eau et de l’assainissement pour tous.

Clean water and sanitation

Ensure availability and sustainable management of water and sanitation for all.

Energie propre et D’un coût abordable

Assurer l’accès à une énergie abordable, fiable, durable et moderne pour tous.

Affordable and clean energy

Ensure access to affordable, reliable, sustainable and modern energy for all.

Travail décent et croissance économique

Promouvoir une croissance économique soutenue, inclusive et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous.

Decent work and economic growth

Promote sustained, inclusive and sustainable economic growth, full and productive employment and decent work for all.

Industrie, innovation et infrastructure

Construire des infrastructures résilientes, promouvoir une industrialisation inclusive et durable et encourager l’innovation.

Industry, innovation and infrastructure

Build resilient infrastructure, promote inclusive and sustainable industrialization and foster innovation.

Inégalités réduites

Réduire les inégalités entre les pays et au sein des pays.

Reduced inequalities

Reduce inequalities among and within countries.

Ville et communautés durables

Rendre les villes et les établissements humains inclusifs, sûrs, résiliants et durables.

Sustainable cities and communities

Make cities and human settlements inclusive, safe, resilient and sustainable.

Consommation et production responsable

Assurer des modes de consommation et de production durables.

Responsible consumption and production

Ensure sustainable consumption and production patterns.

Mesure relatives à la lutte contre les changements climatiques

Prendre des mesures urgentes pour lutter contre le changement climatique et ses impacts.

Climate action

Take urgent action to combat climate change and its impacts.

Vie aquatique

Conserver et utiliser durablement les océans, les mers et les ressources marines pour le développement durable.

Life below water

Conserve ans sustainably use the oceans, seas and marine resources for sustainable development.

Vie Terrestre

Protéger, restaurer et promouvoir l’utilisation durable des écosystèmes terrestres, gérer durablement les forêts, lutter contre la désertification, stopper et inverser la dégradation des sols et mettre un terme à la perte de biodiversité.

Life on land

Protect, restore and promote sustainable use of terrestrial ecosystems, sustainably manage forests, combat desertification and halt and reverse land degradation and halt biodiversity loss.

Paix, justice et institutions efficaces

Promouvoir des sociétés pacifiques et inclusives pour le développement durable, assurer l’accès à la justice pour tous et mettre en place des institutions efficaces, responsables et inclusives à tous les niveaux.

Peace, justice, and strong institutions

Promote peaceful and inclusive societies for sustainable development, provide access to justice for all and build effective, accountable and inclusive institutions at all levels.

Partenariats pour la réalisation des Objectifs

Renforcer les moyens de mise en œuvre et revitaliser le partenariat mondial pour le développement durable.

Partnerships for the goals

Strenghen the means of implementation and revitalize the global partnership for sustainable development.